Les tweens bientôt massivement sur Facebook !

10/07/2012 Par : Edouard Aucun commentaire
Facebook a annoncé début juin travailler à une ouverture officielle de son réseau aux moins de 13 ans. Leurs comptes seraient liés aux comptes de leurs parents qui auraient un rôle de modérateur sur les connexions avec d’autres profils utilisateurs et d’accès aux applications. Pour l’heure, alors que le site n’est ouvert (officiellement) qu’aux personnes de 13 ans et plus, la réalité est toute autre, beaucoup mentent « un peu » sur leurs âges lors de l’inscription…




Recruter le plus tôt possible de nouveaux membres, les fidéliser, générer encore plus de pages vues pour augmenter la manne publicitaire. Autant de bonnes raisons pour Facebook de faire du lobbying auprès de commissions et associations aux Etats-Unis (avant de voir leurs équipes, comme pour beaucoup de sujets touchant aux données personnelles, s’activer dans de nombreux autres pays stratégiques).

Au-delà de la protection des enfants dans leur utilisation de Facebook et plus généralement d’internet, un autre point essentiel est à mettre en lumière : la place des moins de 13 ans dans notre société, entre comportements, influence et consommation, cette cible des tweens (8-13 ans, contraction de « teen » et « in-between ») est de en plus scrutée. Ces enfants ont pris l’ascendant sur leurs parents dans certains domaines (on parle de « sociabilisation inversée »), ils disposent du « pester power » et les annonceurs doivent adapter leurs stratégies… Je vous invite à parcourir le mémoire de Margaux riche en découvertes et en enseignement. Bonne lecture, kiffez bien ! (à quand un bouton « Je kiffe » sur Facebook ?)

Categories: Actualités, Mémoires Tags:

Campagne Restos du coeur 2012

23/03/2012 Par : Emma Aucun commentaire
« 1 billet = 10 repas » On se mobilise pour la campagne digitale des Restos du Cœur – collecte 2012 !

Pour la 3ème année, Les Restos du Cœur invitent les blogueurs à poster un billet pour les soutenir. Pour chaque billet, 10 repas seront offerts par Danone et Carrefour.

La campagne se termine Lundi 26 mars, il vous reste donc tout le week-end pour participer !
La mobilisation sur le web continue !

Pour participer, envoyer son billet à l’adresse restos.blogs@gmail.com.
Site dédié à la campagne : www.ensemble-pour-les-restos.fr, vous retrouverez la liste de tous les blogs participants à la campagne 2012.

Categories: Nous likons Tags: ,

Timeline sur les pages Facebook : les 10 nouveautés à retenir

02/03/2012 Par : Jérémy un commentaire
La timeline (ou journal), était apparue sur les profils des membres Facebook il y a quelques mois. La voici désormais disponible sur les pages Facebook ! Cette mise à jour, encore facultative, deviendra effective (comprenez obligatoire) sur toutes les pages à compter du 30 mars prochain. Une nouveauté qui s’accompagne de nombreux changements. Voici les 10 plus importants d’entre eux.

1. Le mur disparait au profit de la timeline. Concrètement, les publications sont présentées différemment, sur deux colonnes, où elles peuvent être mises en avant sur toute la largeur du journal. Il est également possible de modifier leur date (et donc position dans le « journal »). En résumé, les contenus (vidéos et photos) sont davantage mis en avant (en particulier ceux voulus par les administrateurs, avec notamment les « moments-clés »), tout comme les « friend activity », à savoir les amis qui aiment la page, et leurs interactions sur cette dernière.

Les timelimes des pages Nespresso, Fanta et Coldplay

Les timelimes des pages Nespresso, Fanta et Coldplay

Album photos mis en avant sur la timeline de la page Peugeot

Album photos mis en avant sur la timeline de la page Peugeot

2. Les pages ont désormais une « couverture » en header de leur timeline. Il s’agit d’une image fixe, dont la dimension est de 850 x 315 px. Attention, son utilisation est encadrée par les CGU Facebook (cf capture ci-dessous). Vous l’aurez compris, ces deux premières nouveautés permettent d’avoir une approche beaucoup plus visuelle et « quali » des pages.

Restrictions utilisation de la couverture

Restrictions utilisation de la photo couverture

3. Ce qui était avant l’avatar devient une photo de profil, en format carré (180 x 180 px). Elle se positionne par dessus la couverture. C’est elle qui s’affichera dans le fil d’actualité des fans ou sur la fan box.

4. L’interface admin devient accessible directement en haut de la page (via le bouton « Administration »), et synthétise l’ensemble des données importantes : dernières notifications, fans de la page, statistiques…

Nouvelle interface admin, ici sur la page Harlan Coben France

Nouvelle interface admin, ici sur la page Harlan Coben France

5. Un onglet « Mentions J’aime » est créé et synthétise différentes informations : le nombre de fans, mais aussi d’autres infos/stats qui sont rendues publiques.

Mentions J'aime et statistiques publiques sur la page de Barack Obama

Mentions J'aime et statistiques publiques sur la page de Barack Obama

6. Nouvelle fonctionnalité « Message » : les internautes (fans ou non) peuvent désormais contacter les administrateurs des pages directement, en privé, comme sur les messageries des profils : intéressants pour contacter les admins de pages créées à l’initiative de fans par exemple, ou celles dont on ne connait pas les administrateurs pour mettre en place des partenariats… (vos fans pourront également vous contacter en « privé » : plutôt un bon point pour éviter les questions parfois « gênantes » directement sur le mur…).

Bouton "Message" sur la page Jules

Bouton "Message" sur la page Jules

7. Le bouton « J’aime » (pour rejoindre la communauté) est constamment visible sur la page, même en scrollant. Il est positionné en haut (complètement à droite sur les onglets).

Le bouton J'aime présent en haut à droite des onglets, même en scrollant - Ici sur la page Oasis Fun Page

Le bouton J'aime présent en haut à droite des onglets, même en scrollant - Ici sur la page Oasis Fun Page

8. Les onglets/applications sont désormais mis en évidence en haut, sous la couverture, via des boutons (image (111 x 74 px) +lien cliquable). 4 onglets sont visibles par défaut, 12 peuvent être présents au total, en comptant les applis natives de Facebook : photos, vidéos, nombre de personnes qui aiment la page…

Les onglets de la page La Redoute

Les onglets de la page La Redoute

9. Un autre changement important concerne la nouvelle largeur des applis/onglets : cette dernière passe en effet de 520 px à 810 px (il est toutefois possible de conserver (provisoirement ?) des applis au format 520). Ce format plus large permet d’avoir des contenus plus aéré, et une fois de plus, d’avoir une approche créative plus qualitative.

10. Point négatif : il n’est plus possible (provisoirement ?) d’avoir un onglet/appli d’atterrissage par défaut pour les non fans. En arrivant via l’url de la page, les internautes sont dirigés vers la timeline et non plus une landing page. Toutefois, les applis ont toujours leurs urls et ces dernières peuvent être communiquées à des « fans potentiels » et bien sûr utilisées dans les campagnes d’achat d’espaces.

Notons également que l’onglet « Infos » est requalifié en « A propos » et est lui aussi relooké sur deux colonnes. Enfin, il est désormais possible d’empêcher la publication automatique des messages postés sur le journal d’une page (et non les commentaires) en vue de les modérer, pour les publier (ou non) à posteriori (à l’image des commentaires sur un blog, mais, sans l’instantanéité de cette fonctionnalité, la génération d’interactions/échanges entre les fans est grandement limitée..).

Pages Facebook - Nouvelle fonctionnalité modération des publications

Pages Facebook - Nouvelle fonctionnalité modération des publications

En résumé et comme mentionné sur l’espace Facebook présentant ce nouveau format de page, une fois que vous vous serez adapté à ces nouveautés, elles vous simplifieront la gestion/animation/modération (« gérez tout en un seul clic »), allégeront la quantité d’informations présentes pour mieux valoriser vos contenus (« mettez en avant ce qui compte »), et vous offriront de nouvelles opportunités créatives : le brand content est plus que jamais de mise pour « se démarquer du reste » !

Pour en savoir plus sur ces nouveautés et leur mise en place, vous pouvez consulter les tutoriels créés pour l’occasion à l’adresse suivante : www.learnfacebookpages.com.

Enfin, cette liste n’est bien sûr pas exhaustive, et je vous invite donc à la compléter en relayant toute les autres nouveautés que vous avez pu noter ;)

Concours de création « Génération Pub » : exprimez votre talent !

27/01/2012 Par : Jérémy Aucun commentaire

Vous avez moins de 30 ans et une âme créative débordante ? Participez à la 16ème édition du concours Génération Pub !

Organisé par l’école SUP de PUB, ce concours de création est ouvert aux personnes de moins de 30 ans, étudiantes ou non.

La règle du concours est simple : imaginer une ou plusieurs affiches ou spots publicitaires autour d’une grande cause.

L’édition précédente était consacrée à la maladie d’Alzheimer. Cette année, Génération Pub vous propose un thème au cœur de l’actualité : La liberté d’Expression.

Un thème ô combien important, en particulier dans nos métiers où l’expression, sous quelque forme que ce soit, et sa facilité d’exposition/diffusion, constituent une des principales opportunités des médias sociaux !

Les vainqueurs, désignés par un jury de professionnels, se verront remettre un prix de 1000€ (Prix affiche : 500€ / Prix vidéo : 500€). Les meilleures créations auront également l’honneur d’être affichées dans les couloirs du métro parisien, diffusées dans la presse ainsi que sur les supports de communication de nos partenaires.

Alors lancez-vous, et exprimez votre talent, en toute liberté… ;)

Toutes les infos sur www.generationpub.fr

Pour télécharger directement le brief, cliquez ici.

Les gagnants des éditions précédentes (catégorie Print) :

Réseaux sociaux, (r)évolution des interactions sociales ? – Revue de web #11

18/01/2012 Par : Jérémy Aucun commentaire
Nouvelle année, nouvelle revue de web !

Au menu cette semaine : panachage social, études sur les réseaux sociaux, (hyper)sollicitation des générations Y et Z, la Redoute mise à nue et prédictions pour 2012 ! Bonne lecture ;)

Pour fêter vos voeux, vous êtes plutôt « envois groupés » ou « échanges personnalisés » ?

En ce début d’année, 20minutes.fr revient sur les nouveaux comportements des internautes et mobinautes pour communiquer leurs voeux. Avec les NTIC, une tendance au « panachage », voire à un « effondrement de la valeur symbolique de certaines interactions sociales » s’installe et s’accentue au fil des ans. La facilité d’usage et la rapidité des échanges sur les réseaux sociaux ou par SMS prennent malheureusement souvent le pas sur des échanges personnalisés/individuels !

Pour en savoir + : Web : Comment les réseaux sociaux ont révolutionné les interactions sociales

Facebook : 16 millions de fans actifs en France

Au travers d’une étude menée pour le lancement de sa nouvelle solution fanObserver®, Harris Interactive nous dévoile que près de 65% des membres de Facebook en France suivent les actualités de pages dont ils sont fans. Les pages de personnages publics sont les plus plébiscitées (avec près d’un fan sur deux), arrivent ensuite l’univers des médias, puis les organismes et associations, les sites internet et enfin, les pages de marques ou produits (suivies par 29% des fans de pages Facebook). A noter que le profil des fans de marques est nettement plus féminin (57%) et jeune (47% ont entre 15 et 24 ans) que celui des fans de pages sur Facebook dans leur ensemble.

Pour en savoir + : Qui sont ces Français fans de pages sur Facebook ?

Les femmes plus geek que les hommes ?

D’après une étude de ComScore, intitulée « It’s a social world », les réseaux sociaux touchent 82% des internautes et représentent 19% de leur temps passé en ligne (soit un total de 6,7 milliards d’heures en octobre 2011…). L’étude souligne également que les hommes passent en moyenne 6 heures par mois sur les réseaux sociaux… contre 8 heures pour les femmes.

Pour en savoir + : Toujours plus longtemps connectés

La Redoute, le (bad) buzz du début d’année… ou plutôt la grosse blague !

Vous n’êtes probablement pas passés à côté de cette information ou plutôt photo, à peine croyable, qui a fait le tour du web le 4 janvier dernier…

La Redoute a rapidement retiré cette photo et présenté ses excuses sur ses comptes Facebook et Twitter. Depuis, plusieurs sources et marques se sont réappropriées ce fail, dont Orangina, Club Med, mais aussi… Les 3 Suisses ! Osé ou rusé ?

Pour en savoir + :
Quand un homme nu se promène sur le site de La Redoute
Les 3 Suisses se font de la pub sur le dos de La Redoute

L’Armée à la conquête de la génération Y !

Qui a dit que l’Armée était une institution vieillotte, dépassée par les nouvelles pratiques de communication/recrutement ? Loin s’en faut ! Pour toucher les jeunes et conquérir ses futurs membres, l’Armée de Terre a mis en place une stratégie offensive sur Facebook (mais aussi sur des sites et d’autres espaces participatifs). Ce dispositif de séduction/recrutement digital semble porter ses fruits puisque la page Facebook Recrutement Armée De Terre compte aujourd’hui plus de 119 000 personnes et 57% des candidatures 2011 sont issues du canal internet.

Pour en savoir + : Recrutement : la stratégie Facebook de l’armée

A lire également au sujet du recrutement et des RH : Quand les recruteurs scrutent les profils Facebook et Twitter des candidats

Tout savoir sur la génération Z !

La génération Z ou Google, la dernière en date (et peut-être la dernière tout court … ? ce n’est pas un hasard si nous sommes arrivés à la fin de l’alphabet et que la fin du monde est annoncée pour 2012 ? ;) ), concerne les personnes nées après 1990. « Plus zappeurs que fidèles, plus acteurs du Net que simples spectateurs », elles constituent une cible complexe, versatile et très prisée par les marketeurs. De quels pouvoirs dispose-t-elle ? Comment la segmenter ? Comment la toucher ?… Autant de questions auquel l’article, très complet, tente de répondre !

Pour en savoir + : Marketing – La génération Z

Mais aussi…

Google devrait aller encore plus loin dans le domaine de la recherche sociale avec l’arrivée de nouvelles fonctionnalités dans ses résultats de recherche, basées sur la mise en avant des contenus disponibles via Google+… Photos, profils et pages ressortiront davantage. L’objectif premier est bien évidemment de faire décoller Google+ et d’avoir le monopole de la recherche, sociale ou non. Mais en indexant (uniquement) les contenus issus de ses propres services et en excluant ceux de ses concurrents (Facebook particulièrement), la polémique enfle déjà… Affaire à suivre.

Pour en savoir + :
Google pousse son réseau social Google+ dans les résultats du moteur de recherche
La nouvelle recherche sociale de Google crée la controverse

Sur Facebook, on peut dire ce qu’on veut… (Pourra-t-on bientôt insulter son patron sur Facebook ?) … mais sous contrôle ! (Des braqueurs confondus par Facebook)

Les dix meilleures campagnes publicitaires de 2011 selon Goviral

Parmi elles, 2 coups de coeur :

« L’avènement de la mobilité low-cost », « La montée en puissance des objets connectés » ou encore « L’émergence d’offres de cloud pour le grand public », retrouvez les 12 prédictions de Fred Cavazza pour cette nouvelle année : Les 12 prédictions de Fred Cavazza pour 2012.

Quant à moi, je vous souhaite une très belle année 2012, et vous invite à en profiter au maximum en ligne, mais aussi et surtout, in real life ! Enjoy ;)

Categories: Revue de web Tags:

Bonnes réseaux-lutions pour 2013 !

17/01/2012 Par : Edouard Aucun commentaire

left

Jeu de mots facile me direz-vous ? Un peu, je vous l’accorde… A l’heure où les premières résolutions convenues et normées de ce début d’année commencent déjà à être relayées en bas de nos listes de tâches, l’occasion m’est encore donnée de vous souhaiter à tous une très bonne année 2012; une de mes résolutions majeure pour cette nouvelle année : arrêter de procrastiner (oui, cela fait au moins 10 jours que je dois vous livrer ce post). Quant à la mention à 2013, prenons un coup d’avance, puisque l’année 2012 est décrite comme apocalyptique, autant passer directement à l’année suivante…

Sauf que la révolution numérique continuera à faire sentir ses effets en 2012 :

- des entreprises devant ré-inventer leurs modèles économiques, forcées à le faire par les consom’acteurs sur les médias sociaux ou par la crise,
- des produits & services progressivement co-créés (même illusoirement dans l’esprit des consommateurs),
- une relation plus sociale avec des clients exigeants (entendons « réponses immédiates demandées ») qui nécessite aussi et surtout des échanges plus humains,
- enfin ré-organisation chez les annonceurs avec des compétences adaptées et nouvelle gouvernance au programme…

Pas de prédictions pour cette nouvelle année, des convictions déjà éprouvées :

- une concurrence frontale (ou pas) entre Facebook et Google+,
- la fin des courses aux fans au profit d’une réflexion stratégique avec de vrais objectifs qui nécessitent la mise en place de bons indicateurs,
- les marques doivent dialoguer avec leurs clients, lesquels dépensent 20 à 40% de plus que les autres clients (source : Bain & Company). Mais où donc ce dialogue se met-il en place aujourd’hui?

Nos propres résolutions pour 2012 :

- vous apporter toujours plus d’éclairages et d’analyse sur nos métiers qui se professionnalisent,
- vous livrer davantage de tutoriels, études de cas, interviews (notamment via ce blog que vous êtes de plus en plus nombreux à consulter),
- toujours plus d’engagements dans nos prestations et de pragmatisme vis-à-vis de nos clients.

Notre équipe vous présente encore ses meilleurs vœux pour 2012.

Formation gérer et animer un blog comme un pro

07/11/2011 Par : Edouard Aucun commentaire
Nous complétons notre programme de formations aux médias sociaux par une journée dédiée à la gestion et l’animation d’un blog. 3 places sont encore disponibles pour notre prochaine session du 24 novembre à Paris.
Autre session d’ores et déjà fixée au 2 février 2012.

Intervenant : Frédéric Canevet, blogueur professionnel avec ConseilsMarketing.fr et auteur de nombreuses e-formations sur le blogging.

Pour en savoir plus sur le plan de formation et faire sa connaissance, découvrez son interview.



Social shopping et modèles économiques des médias sociaux – Revue de web #10

19/10/2011 Par : Jérémy 2 commentaires

Un concentré d’actus à avoir en tête pour parfaire vos connaissances et nourrir votre réflexion sur les médias sociaux ! Bonne lecture ;)

Un pas de plus dans le Social Shopping !

Un nouveau partenariat de poids pour Facebook : après Skype, Bing, Wikipedia ou encore Spotify, c’est au tour d’Ebay ! Les deux géants du web ont dévoilé la semaine dernière un partenariat destiné à faire émerger un nouveau champ d’applications pour l’e-commerce incluant des informations issues des réseaux sociaux. Le but sera de personnaliser la navigation ainsi que les actes d’achat et de vente, notamment en mettant en avant les avis des internautes. Un rapprochement qui repose pour l’heure essentiellement sur l’exploitation de l’Open Graph de Facebook dans des applications. En particulier, Open Graph sera intégré dans plusieurs applications développées par eBay, telles que Magento (service de création de vitrine commerciale en ligne) a précisé Katie Mitic (qui pour la petite histoire, est à la fois responsable plateforme et marketing mobile chez Facebook et membre du conseil d’administration d’eBay…).

Découvrez les principales nouveautés annoncées lors de la conférence Innovate Developer d’eBay, en particulier son nouvel écosystème « X.commerce », en cliquant ici.

Pour en savoir plus sur l’Open Graph et le Social Shopping : f-Commerce : du j’aime au j’achète

Social Gaming : Zynga veut prendre son envol… seul

Le leader mondial du social gaming, Zynga, cherche à prendre son indépendance. L’éditeur de jeux, fortement dépendant de Facebook aujourd’hui, souhaite en effet créer son propre espace communautaire pour se rapprocher de ses joueurs mais aussi, et surtout, se libérer des (imposantes) commissions imposées par Facebook sur ses jeux (30%).

Pour en savoir plus : Zynga prépare un réseau social ludique

Mais aussi

Les médias sociaux ne connaissent pas la crise

Ils devraient engranger 10,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2011 (soit une hausse de plus de 40% en un an – données Gartner). Les principales sources de revenus concernent la publicité (bannières et vidéos, pour 5,5 milliards de dollars), les jeux sociaux (près de 3,2 milliards de dollars) et dans une moindre mesure, les abonnements payants des membres (236 millions). Une croissance qui n’est pas prête de s’arrêter puisque le cabinet table sur des 15 milliards de dollars l’an prochain et 29 milliards à l’horizon 2015.

Pour en savoir plus : Le modèle économique des réseaux sociaux ? Des pubs et des jeux

L’email n’est pas mort

L’émergence des réseaux sociaux dans les correspondances entre individus et avec les marques n’a pas entraîné la mort de l’e-mail, loin de là. En effet, pour les internautes, leur usage est bien différent : « les réseaux sociaux ont une qualité de vitrine pour les individus, alors que l’email est un outil bien plus personnel (gestion des correspondances personnelles, gestion des achats… ) » d’après Corinne Abitbol, Directeur Général d’Omnicom Media Group. Les principaux chiffres d’une étude menée auprès d’internautes français : 75 % des individus préfèrent recevoir des offres commerciales par email, 37 % suivent l’activité d’une marque via une newsletter contre 8 % via une page Facebook.

Pour en savoir plus : L’email : 40 ans et pas encore mort

Google : un nouvel échec en vue ?

Après l’échec de Google Buzz et celui programmé de Google+ dans l’univers des réseaux sociaux, le moteur de recherche souhaiterait étendre au monde entier son service Google Music lancé il y a quelques mois aux Etats-Unis (plateforme de téléchargement légal de titres en mp3). Mais face à l’avance prise par Apple avec iTunes et aux autres plateformes déjà existantes, difficile d’imaginer le succès de ce futur site… Affaire à suivre.

Pour en savoir plus :
Google Music prépare la vente de musique en ligne
Google + est-il déjà mort ?

YouTube lance sa boutique en ligne

Avec l’audience et l’attrait des internautes pour YouTube (3 milliards de vidéos vues par jour et 800 millions de visites par mois…), en particulier pour les vidéos/clips d’artistes, ce nouveau service pourrait être une réussite. Appelé Merch Store, il permettra aux fans d’un artiste d’acheter des produits dérivés, des billets de concerts et même des morceaux de musique en téléchargement depuis une page YouTube. Avec des commissions sur les ventes, il s’agira d’une nouvelle source de revenus non négligeable pour la plateforme de vidéos leader, qui se finance jusqu’à maintenant uniquement par la publicité.

YouTube lance sa boutique en ligne

Bientôt des cartes de visites Facebook ?

Jusqu’où iront-il ? Le réseau social aurait déposé une demande de marque pour utiliser son nom sur les « cartes de visite et cartes d’identité non-magnétiques ». Un service de plus en perspective…

Pour en savoir plus : Bientôt des « cartes de visite » associées à Facebook ?

Pour terminer…

Une petite (ou grande) pensée pour Steve Jobs, ce formidable génie du marketing et de l’innovation, qui nous a quitté il y a quelques jours.

20minutes s’est projeté le temps d’un article dans un monde où Steve Jobs n’aurait pas existé… Un monde bien différent !

A quoi ressemblerait le monde si Steve Jobs n’avait jamais existé

Categories: Revue de web Tags:

Vivre ses rêves de sénior

06/10/2011 Par : Edouard Aucun commentaire
Mutac est une mutuelle spécialisée en prévoyance obsèques, quelle présence envisager sur les médias sociaux pour ce type d’annonceur ? Une problématique à laquelle nous avons répondu en partenariat avec Symaps.

Objectifs :

- Accroître la notoriété de Mutac
- Générer du trafic qualifié vers son site

Notre réflexion
Le sujet ne peut bien sûr pas être traité directement dans un blog ou sur une page Facebook… Nous avons rapidement souhaité dédramatiser ce type de souscription, pour se faire la meilleure des options était d’encapsuler ce projet responsable parmi d’autres projets à partir de 50 ans, Vivre mes rêves a vu le jour. Il s’agit d’un appel à projets pour les personnes de 50 ans et plus, le gagnant se verra attribuer 10 000 € pour sa réalisation.

Le dispositif

- Un blog et une page Facebook afin de couvrir le plus possible ces cibles
- Relations blogueurs, RP online
- Achat d’espaces sur Facebook (3,7 millions de personnes de 50 ans et plus ciblées en phase 1 pour l’appel à projets avec cette resctriction d’âge)

Nous sommes entrés il y a quelques jours dans la phase 2 avec l’ouverture des votes.
5 projets ont été retenus par notre jury présidé par le navigateur Marc Thiercelin, découvrez-les et votez pour le projet de votre choix !

Présence des séniors sur internet et sur les médias sociaux

Une aparté sur la présence des séniors sur internet. L’étude de TNS Sofres pour Notre temps cette année nous apprend que 11 millions de personnes de 50 ans et plus surfent sur internet, parmi eux 9,2 millions font leurs achats en ligne, représentant ainsi 48% des dépenses annuelles totales des Français sur le web et 37% des cyberacheteurs de l’Hexagone ! Si seulement 19% de français de 65 ans et plus utilisent internet régulièrement, ils sont plus d’un million à être inscrit sur Facebook. Plus de 5 millions de jeunes séniors (45 ans et plus) sont inscrits sur ce réseau en France. Enfin, en termes d’usage, ils sont 62% à utiliser Internet pour communiquer avec leurs amis et leurs proches…

Les premiers résultats

- Plus de 80 dossiers ont été déposés pour cette première édition,
- Blog & page Facebook ont généré à ce jour plus de 15 000 visiteurs uniques (budget média limité de 2 000 €)
- Près de 400 votes ont déjà été enregistrés…

Nous sommes à votre disposition pour échanger et vous accompagner dans la mise en place d’une stratégie gagnante comme celle-ci. Nous contacter

f-Commerce : du j’aime au j’achète

28/09/2011 Par : Edouard 7 commentaires
Article à paraître dans l’édition 2012 de l’EBG (remanié en partie ici).
Article co-rédigé avec Benjamin Boccara de Boosket.

Depuis plusieurs années on pressent que l’avenir du e-Commerce réside dans le social: au-delà de l’avis de ses pairs, c’est surtout auprès de son réseau personnel que l’on prend conseil.
Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, annonçait en août 2010 « If I had to guess social commerce’s next area to blow up. »

Le contexte

Une petite chronologie s’impose afin de mieux contextualiser ce f-Commerce:
- 1994, première transaction sécurisée sur internet (sur Netmarket.com),
- 1999, prémisses d’un e-Commerce grand public en France, c’est bien sûr la généralisation de l’accès à internet qui permet dès 2004 au secteur d’exploser et de compter dès lors des croissances impressionnantes, 20 à 25% ces 2 dernières années. Des taux de confiance et de satisfaction croissants et une pratique devenue courante faisant le reste…
- 2009, première transaction sur Facebook pour un site de vente en ligne de fleurs; les
incursions marchandes sur ce réseau se multiplient depuis…

Dès lors que l’adoption du e-commerce est effective, tout pourrait aller encore plus vite dans le
rôle joué par ce nouveau canal qu’est Facebook. Après un web 2.0 marqué par une déportalisation des contenus, place à une déportalisation des achats !

Le Social Commerce n’est pas nouveau ? Vous avez raison…
Recommandations, avis clients, votes, listes de souhaits, partage de découvertes/fiches produits… ont déjà été implémentés à la plupart des sites e-Commerce, Amazon ayant ouvert la voie… Ce qui change avec Facebook : l’utilisation de vraies identités à l’influence sur leurs proches décuplée. Et quand on considère les 130 contacts en moyenne qu’un profil Facebook compte, cette influence est simplement considérable ! Une influence exercée au travers et auprès des 22 millions de membres en France (plus de 800 millions dans le monde), lesquels interagissent avec les marques de manière de plus en plus spontanée.

Les marques et la consommation font partie de notre quotidien
Sur Facebook, nous transposons notre vraie vie et “l’amplifions” grâce à un volume d’échanges facilité. Si les relations avec nos amis et proches, le partage de nos humeurs, de nos photos et vidéos… constituent les principales interactions, les marques et leurs actualités trouvent naturellement leur place dans ces échanges. Comme dans la vraie vie, les signes d’appartenance à une tribu sont de bon ton. Aimer et acheter, c’est communiquer auprès de sa tribu, affirmer cette appartenance !

D’une relation client à une relation communautaire

Un jour j’ai reçu un message d’un fan (Facebook) qui me disait qu’il faudrait quand même qu’un jour il goûte nos produits. Donc, il y en a qui sont fans de la marque et de ce qu’elle véhicule avant d’être fans des produits vendus.

[Christopher Lemoine, responsable communication de Michel et Augustin.]

Cette anecdote relatée par le responsable de la communication d’une marque éminemment communautaire est très significative. Elle enseigne sur ce qu’il faut attendre d’un fan : vos actions doivent conduire à convertir vos visiteurs en fans, puis en acteurs (ambassadeurs ou encore médias aux propres réseaux) et enfin en acheteurs. Convaincre, créer un capital sympathie voire une préférence de marque, prendre la parole régulièrement pour multiplier les prises de contact efficaces et activer la recommandation sociale… Bref, construire sa communauté en agrégeant des membres par affinité autour de son offre.
Charge à vous de comprendre également que dans cette nouvelle relation qu’il ne s’agit pas de parler de vos produits de manière unidimensionnelle, mais bien de proposer un territoire éditorial riche, un territoire qui a une résonance communautaire (intéressez-vous au Brand Content !).
Les offres promotionnelles et bons plans restent cependant une première clé de contact efficace.

Quelques prévisions…
Nous n’en sommes actuellement qu’aux prémisses et les premières prévisions émises par plusieurs cabinets sont parfois contradictoires : pour Forrester et GSI, moins de 2% des commandes trouveraient leur source dans les réseaux sociaux (5 et 7% quand il s’agit d’offres promotionnelles). Alors que Booz&Company, estime que le Social Commerce devrait atteindre un CA global de 30 milliards de dollars d’ici à 2015 (x6 par rapport à 2010), et Facebook devrait être à l’origine de la majorité de ces transactions.
La différence entre ces 2 points de vue ? Forrester et GSI ne se focaliseraient que sur la transformation des clics, et feraient abstraction des achats issus de la recherche d’informations et du conseil des membres auprès de leurs pairs. Or 90% des acheteurs ont confiance en leurs proches, et 67% d’entre eux dépensent plus suite à des recommandations (sources econsultancy juin 2009 – Internet Retailer septembre 2010).

Le f-Commerce

Définition du f-Commerce

Infographie Boosket

Le f-Commerce, c’est utiliser les outils et services de Facebook pour faciliter la découverte, le partage et la vente de biens ou de services, online et offline, notamment en facilitant le bouche-à-oreille et les échanges entre membres.
Les leviers à mettre en place peuvent aller du simple bouton “J’aime” sur les fiches produits de son site, à un “personal shop” adapté au visiteur, en passant par une stratégie Social Media de

recrutement de fans et de vente directe sur Facebook.
L’application des mécanismes du f-Commerce n’est pas uniquement restreinte à l’enceinte de Facebook. Et même sur les différents supports, il existe plusieurs niveaux de complexité d’implémentation selon ses objectifs et ses ressources.

Pourquoi le f-Commerce
Lorsque la possibilité est donnée, il faut au possible « être là où sont ses clients », où ils
passent le plus de temps et où ils échangent le plus.
Or aujourd’hui, Facebook est devenu le site sur lequel les internautes s’attardent le plus, avec une moyenne de 4h45 par mois (source comScore).

Et durant leur temps de connexion, un nombre impressionnant d’interactions s’opère. Il s’agit de chiffres globaux, mais pour vous donner une idée, en 1 heure, il y a :
● 30,6M de commentaires postés
● 8,1M de messages envoyés
● 5,4M de statuts mis à jour
● 4,5M de messages écrits sur les murs
● 3M de liens partagés
(source www.jeffbullas.com/2011/04/28/50-fascinating-facebook-facts-and-figures/)

Les visiteurs de sites marchands en provenance de Facebook ont un taux de transformation qui peut aller du simple au triple.

La création d’une communauté et sa fidélisation à la marque sont des processus qui se font dans la durée. Le f-Commerce est un levier supplémentaire dans la conversion des “J’aime” en “J’achète”.

Le f-Commerce sur Facebook

Communiquer au travers de sa page fan
La page fan est l’équivalent d’une page de profil. Elle permet notamment de centraliser, diriger et “maîtriser” les échanges avec sa communauté sur un “mur” de conversations.
Au même titre qu’une newsletter, le coté “temps réel” en plus, les fans suivent la marque pour se tenir au courant de son actualité, de ses bons plans, … Le mur appelle à des réactions quasi-instantanées (90% des interactions ont lieu dans les 4 heures qui suivent la publication), et suscite des achats impulsifs parmi les membres pour qui l’offre agit sur l’affect.

Archiduchesse, qui compte aujourd’hui plus de 10.000 fans, entretient une communauté active grâce à une communication humaine et transparente. L’équipe poste fréquemment des billets
d’humeurs, des annonces de nouveaux produits et des code promo à utiliser sur la boutique, vecteur de ventes complémentaires. Ces offres sont d’ailleurs reprises sur la photo illustrant la page fans (elle reste ainsi visible en permanence).

Dans le cas de ce site e-Commerce, il s’agit d’implémenter une vitrine sur Facebook et de capitaliser sur la communauté (découverte et préférences affichées) mais nous pouvons d’ores et déjà aller plus loin…

Vendre sur Facebook
La vente sur Facebook permet de proposer à l’utilisateur une expérience d’achat défragmentée, dans la continuité de sa navigation.
La vente directe sur Facebook n’est pas une finalité. Néanmoins, les utilisateurs de Facebook ayant une attention volatile, Il vaut mieux préconiser une offre pertinente, suscitant le coup de coeur, et le chemin le plus court possible de la découverte à la transformation.

Le panier d’achat déporté sur Facebook a été initié en 2009 par le fleuriste en ligne américain 1-800-Flowers (voir capture plus haut). Il existe désormais un certain nombre de solutions clé en main qui permettent de s’essayer au f-Commerce.

Tab Store

Le Tab Store est un bon compromis pour présenter ses produits sur Facebook.
Si l’offre est clairement identifiée comme qualitative (ex : exclusivité Facebook), il devient un outil de recrutement de fans puissant si son accès se trouve restreint uniquement aux fans, surtout s’il fait office de landing page (onglet d’atterrissage par défaut).
Il peut apporter du trafic sur le site marchand, ou servir de canal de vente complémentaire si l’on souhaite proposer la transaction sur Facebook (voire d’unique canal de vente pour de nouveaux entrants dans le secteur).
La Redoute a ainsi proposé à ses fans de découvrir et d’acheter depuis sa page fan, quelques jours à l’avance, une sélection de produits issus de sa nouvelle collection printemps-été 2011.


Page Store

Le Page Store est une déclinaison du Tab Store. Sa différence réside uniquement dans le fait qu’il soit embarqué sur une page application et non une page fan. Le lien d’appartenance avec la marque est moins fort que sur la page fan brandée. Le Page Store s’insère donc plus difficilement dans une stratégie de communication homogène centrée sur la page fan.
Mais parce que la page application offre un espace de 760px de large (vs 520px pour la page fan), il permet à des sites comme accessandgo.fr, Asos ou JCPenney d’y repliquer des catalogues vastes et complets.







Wall Store
Le Wall-Store est un catalogue interactif (application Flash) visionnable et partageable de mur en mur. De par sa nature, il véhicule plus facilement des opérations événementielles, comme la vente spéciale organisée pour la “Saint Valentin” par la page fan de la série américaine Dexter, qui venait en complément d’un Tab Store.

Pour aller plus loin : stratégies à long terme via des applications interactives évoluées

Les applications à but commercial permettent de se démarquer fortement en proposant souvent des ruptures ou des innovations d’usages. Les commandements : être ludique, immersif et rendre service. Si Les budgets à y consacrer sont plus importants, il s’agit aussi de considérer d’autres objectifs : développement de notoriété et recrutement de fans.

TF1 Vision, le service VOD de la chaîne française, teste Facebook comme un nouveau canal de distribution en proposant le nouveau spectacle de Florence Foresti à la location (payable par carte bancaire ou en Crédits Facebook).
L’application permet également d’offrir le visionnage, d’inviter ses amis à la regarder (les fans de l’humoriste, plus susceptibles d’être intéressés, sont mis en avant), de partager des contenus, de commenter, et de découvrir l’actualité du service de VOD.
Mais ce genre d’expérience ne se cantonne pas qu’aux biens dématérialisés : Lancôme proposait de tester virtuellement une gamme de maquillage (avec possibilité de partager le rendu obtenu) avant de lister ses points de ventes, Skoda a mis en vente un véhicule, dont le prix était conditionné par le nombre de fans (“the more you like, the less you pay”), et Voyages-SNCF lance un service permettant d’organiser facilement un “petit voyage entre amis ».

Faire de la publicité sur Facebook : une amorce souhaitable

Fort de son trafic qualifié, Facebook propose sur son site une plateforme publicitaire performante, permettant aux annonceurs d’atteindre un public ciblé. Les possibilités de segmentations sont multiples, aussi bien sur des critères sociaux démographiques (âge, sexe, anniversaire, …), centres d’intérêts (alimentés manuellement ou au travers du Social Graph), mais aussi sur la base de l’appartenance à une communauté de marque (vous pouvez cibler vos fans) ou encore l’utilisation de vos applications. Lire notre article la publicité sur Facebook pour en savoir plus.

Selon vos objectifs, vous pouvez décider de diriger les clics vers votre site ou votre page fan, cette option pouvant être stratégique et plus économique à terme : un fan peut être recontacté par le biais de la page fan (sur 100 visiteurs générés via une campagne publicitaire, 25% deviennent fans en moyenne). Les prises de contact répétées avec les fans augmentent la conversion par rapport à un renvoi direct vers un site e-Commerce avec une moyenne de 2% constatée dans ce dernier cas.

Ces mêmes fans forment un segment qualifié, qui peut être ciblé pour des campagnes publicitaires dédiées, qui pourront présenter un taux de transformation de 2 à 5 fois supérieur.

Le f-Commerce sur son site

Facebook est un réseau social axé sur le partage de contenus entre ses membres. Il propose
ainsi des outils (kits de développement et plug-ins “sociaux”) qui permettent de rajouter une couche “sociale” Facebook à son site marchand, dont l’action peut être démultipliée si couplée à son CRM.
L’étape préalable consiste à rendre le contenu de son site compréhensible par Facebook.

L’Open Graph

L’Open Graph permet à des sites tiers d’interagir avec Facebook, en donnant un sens sémantique au contenu des pages, pour le rendre compréhensible par le réseau social à l’aide de balises spécifiques à rajouter dans le code HTML.
Ces balises permettent notamment de préciser ce qui est diffusé sur le mur de vos visiteurs (titre, lien, média, …) lorsqu’une page est partagée, par un bouton « j’aime » ou directement sur Facebook. Il est d’ailleurs possible de propager des contenus riches et qualitatifs (vidéo de démonstration, défilé, extrait) plutôt que la simple photo d’un produit.

Le contenu, s’il correspond à “un objet réel” (film, livre, personnalité, … près de 40 objets différents), pourra même alimenter de manière intelligente les centres d’intérêts du profil des visiteurs.

Mais l’essentiel de l’Open Graph ne se résume pas seulement dans la facilité de donner de la
visibilité sur Facebook. Couplé aux connexions entre membres du réseau social, on obtient le
Social Graph, un outil de cartographie des utilisateurs, de leurs relations, et des interactions intéressantes pour eux.
« Par exemple, si vous aimez un groupe sur Pandora, cette information si elle est intégrée au Social Graph, peut permettre la prochaine fois que vous visitez un site dédié aux concerts, que celui-ci soit capable de vous dire quand le groupe que vous aimez sera près de chez vous. La puissance de l’Open Graph réside dans sa capacité à créer un Web plus intelligent, personnalisé, qui tire le meilleur de chaque action effectuée » expliquait Mark Zuckerberg en avril 2010.

L’Open Graph pave la voie à de nouveaux sites “Social Design”, qui proposeront une expérience de navigation “unique” et personnalisée à chaque visiteur.
En savoir plus : http://ogp.me/

Les plug-ins sociaux
Depuis 2008, Facebook a fait évoluer un ensemble d’outils (kits de développement et plug-ins “sociaux”), de partage et de découverte de contenus pour les sites web.

Ils permettent de :
- Favoriser la viralisation grâce aux boutons Like et Send (partage de contenu en 1 clic) et à l’outil Comment (gestion de commentaires).
- Inciter à la découverte grâce aux flux d’activité de sa communauté (ce que vos amis ont “aimé”, commenté ou partagé), d’activité récente (recommandations par la globalité des visiteurs du site) et d’activité de la page fan.
- Entrer en relation plus “intime” avec le système d’identification Facebook Connect, qui permet d’associer l’identité réelle Facebook de vos visiteurs à votre base d’utilisateurs.

Ces plug-ins sont de véritables catalyseurs de génération de trafic depuis Facebook, mais également depuis le site même :
- Un contenu partagé par un utilisateur sur Facebook génère 20 visites parmi ses amis
- Les liens Facebook représentent 38% du trafic référent sur internet (1ère source mondiale!)
en savoir plus : http://developers.facebook.com/docs/plugins/

Des sites e-Commerce “Social Design”
Un certain nombre d’acteurs ont commencé à expérimenter l’analyse du Social Graph pour proposer à leurs visiteurs une nouvelle expérience de découverte de leurs produits sur leur site.
Amazon est connu comme étant un des sites marchands précurseur dans la recommandation de produits. En couplant son CRM avec Facebook Connect, Amazon est désormais capable de proposer des produits qui correspondent aux centres d’intérêts de son profil Facebook (ex : Albums d’artistes similaires).
Et comme son réseau fait maintenant partie intégrante du site, on peut également retrouver des recommandations pour nos amis, mis en avant selon leur date d’anniversaire à venir, des listes de produits souhaités, … de quoi faire plaisir à coup sûr !
Le site de ventes aux enchères eBay propose un outil d’achat groupé, “le moyen le plus simple
d’offrir le cadeau idéal”. Il s’agit de réunir son réseau pour effectuer de manière simple et efficace un achat groupé (eBay se charge de l’encaissement de chacun) sur un produit en vente immédiate (pas sur les enchères).
Il est important de souligner que ces fonctionnalités ne sont disponibles que si l’utilisateur donne
la permission d’accéder à ses données, et associe le compte du site à son compte (et à son réseau) Facebook.

Le f-Commerce hors d’Internet

Facebook étend l’influence de son image au delà des limites du web. Ainsi certains acteurs, marques ou enseignes, proposent un pont entre leur magasin ou showroom et le réseau social, rendant la sollicitation de son réseau accessible de partout.
Des enseignes ont expérimenté les “cabines d’essayages” du futur :
- Mi-2010 chez Diesel, des bornes permettent de se prendre en photo dans sa tenue et de la partager avec sa communauté pour lui demander son avis sans sortir des cabines.
- Plus fort, chez Macy’s, un “miroir magique” lui-aussi connecté à Facebook pour partager ses tenues, permet d’essayer virtuellement des vêtements sans se déshabiller.
Plus besoin de traîner sa moitié pour faire les boutiques…

Outils Facebook
Mais Facebook va plus loin en chassant sur les terres d’entreprises spécialisées dans les “offres bons plans” (Groupon, Living Social) avec Facebook Deals, ou le “check-in” (Foursquare) associé à une offre commerciale avec Facebook Check-In.
Actuellement disponibles sur les marchés outre atlantique, les commerces locaux français devraient bénéficier de ces outils pour se faire connaître sur Facebook d’ici la fin de l’année.

Conclusion

Soyons clairs, le f-Commerce n’est pas l’avenir à lui-seul du commerce en ligne mais :
- Il est inconscient de ne pas prendre en compte le potentiel offert par les millions de membres se rendant tous les jours sur Facebook (60% s’y connectent tous les jours),
- pour lesquels, plus encore que pour d’autres cyberacheteurs, l’acte d’achat est de plus en plus vulgarisé et doit faire partie de la conversation,
- pour lesquels, le commerce en ligne ne doit plus réellement se distinguer du commerce physique en termes d’expérience.

Imaginez une galerie marchande fréquentée chaque jour par plus de 13 millions de personnes, ayant la possibilité en un clic de signaler un coup de coeur, de partager une promo avec leurs amis, de prendre connaissance des préférences de ces mêmes amis… C’est dingue, mais c’est ce type de potentiel qui est à saisir !

Ce f-Commerce doit s’inscrire pleinement dans une stratégie multicanal voire cross-canal (l’internaute décide d’acheter après avoir été sollicité via différents canaux de contact, l’avis de ces amis ayant plus de valeur qu’une publicité n’en aura plus jamais). Cohérence et réflexion, notamment dans la complémentarité de ces canaux, sont donc de mise ! Toute cette analyse doit permettre de revisiter vos stratégies CRM pour y intégrer du social, mieux comprendre vos clients, leurs interactions… Qui influence qui dans l’acte d’achat ? Quelles communications et quelles cibles (in)directes ?

Enfin, ce f-Commerce, intégré à une réelle stratégie pérenne sur les médias sociaux, renvoie à un renouveau du Search : le Social Search. Google confronté au boum des médias sociaux (auquel la firme aimerait prendre plus sérieusement part…) a dû intégrer dans son algorythme une prise en compte des différents signaux sociaux, bouton “J’aime” en tête. Se lancer dans le f-Commerce c’est aussi anticiper la façon dont se construiront, indéniablement dès demain, les résultats de recherche et l’accès aux contenus.

Pour toute information, nous contacter.